2. Être protégé contre le Rajîm (le Maudit)

2 Etre protégé contre le Rajim le Maudit (Sr Françoise parle aux musulmans)

Les siècles se sont écoulés jusqu’à la naissance de Maryam. Selon le Coran, après l’avoir enfantée, sa mère dit : « Je l’ai nommée Maryam, et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Rajîm (le Démon maudit) » (Sourate de la famille d’Imrân 3, 36b). L’Eglise explique même que Maryam a été préservée de l’influence démoniaque depuis sa conception. L’immaculée conception de Marie est « une grâce et un privilège spécial de Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain »[1]. Autrement dit, la puissance qui a délivré Maryam de l’emprise du Rajîm vient d’ ‘Issa Al Massih, et c’est aussi lui qui libère chaque homme du Démon maudit. Voici ce qu’il a dit :

« Si, vous, vous persistez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples !
Et vous connaîtrez la vérité !
et elle, la vérité, vous libérera » (Jn 8, 32).

« Quiconque fait le péché est esclave du péché !
Et l’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison !
Le fils, en revanche, y demeure pour toujours !
Si lui, par conséquent, vous libère, vous serez vraiment des fils libres ! » (Jn 8, 34-36)

Cette liberté est celle du fils qui a la connaissance pour s’orienter et qui puise dans les richesses de la maison paternelle. Et voici comme Jésus (‘Issa) parle de celui dont il veut nous libérer, Satan (Shaytan) :
« Vous, quant au père, vous êtes de l’Accusateur ;
Et c’est la convoitise de votre père que vous voulez faire !
lui, qui, depuis le commencement, tue l’homme,
Et qui, dans la vérité, ne se tient pas debout !
Parce que, de vérité, il n’y en a pas en lui ;
et, quand il parle de mensonge c’est de son propre fond qu’il parle ! 
Parce qu’il est l’illusoire et son père ! » (Jn 8, 44 FG).

Shaytan est le père du mensonge, il tue l’homme. Par l’union au Christ Al Massih (dans le baptême), Shaytan est chassé et l’orientation vers le mal est vaincue. Le salut est une grâce qui touche notre être profond, mais la grâce appelle notre coopération et notre persévérance[2] et nous devons encore lutter pour adhérer à cette grâce et y être fidèle.

Avant de clore ce chapitre, voici un beau souvenir. En Egypte à Zeïtun (banlieue du Caire) à partir du soir du mardi 2 avril 1968 et pendant ensuite 14 mois, de nombreux musulmans (jusqu’à 250.000 !) ont vu apparaître Maryam sur le dôme d’une église dédiée à la Sainte Famille. Les apparitions étaient précédées de phénomènes lumineux et d’une odeur d’encens. Elle se penchait vers la foule en souriant et en bénissant avec un rameau d'olivier. Parfois à genoux devant la croix qui est sur la coupole. Elle apparaissait les bras ouverts ou les mains jointes, comme à la Rue du Bac à Paris en 1830 ou à Lourdes en 1858. A Lourdes, Maryam a donné son nom : « Je suis l’Immaculée Conception ». Oui, Maryam la très pure, l’Immaculée conception, participe à notre renaissance dans laquelle nous pouvons être libérés du Rajîm, le Maudit, et ainsi devenir des fils libres !

Zeitun composition 3 images


[1] Pape PIE IX, Bulle Ineffabilis Deus (1854).
[2] Cf. En particulier le chapitre 10 du décret sur la justification du concile de Trente, en l’an 1547. Une doctrine déjà présente au concile d’Orange, au temps de l’Eglise indivise. 

Françoise BREYNAERT


 

Date de dernière mise à jour : 18/05/2020