3. Marie, que le diable n'atteint pas

Sr Françoise aux musulmans 3. Marie immaculée que le diable n'atteint pas

La tradition musulmane raconte que Muhammad fut confié par sa mère à des bédouins pour apprendre auprès d’eux, dans le désert, comment manier l’épée, monter à cheval, et parler correctement l’arabe. Or, un jour, deux êtres d’apparence humaine, c’est-à-dire deux anges prennent le jeune Muhammad, lui ouvrent le côté, enlève le cœur, le lavent avec de la neige, et le remettent en place, purifié. C’est ainsi que Muhammad fut rendu digne de recevoir le Coran.[1]

L’islam a compris que pour recevoir la Parole de Dieu, il faut un cœur purifié.

Le Coran dit aussi : « Le Messie Jésus, fils de Marie, n’est qu’un Messager d’Allah, Sa parole qu’Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui » (Coran 4, 171). Les chrétiens ne sont pas associationnistes (Coran 4, 171).

L’Evangile et l’Eglise disent que la Vierge Marie « reçut le Verbe de Dieu à la fois dans son coeur et dans son corps » (Vatican II, Lumen gentium 53). Le Verbe de Dieu, c’est sa Parole. Et pour cela, l’Esprit Saint, le Ruah ha Qoddesh, le souffle saint de Dieu est venu en elle (Lc 1, 35).

Pour recevoir le Verbe de Dieu en personne, la Parole envoyée par Allah, il faut que le cœur de Marie soit pur, et ô combien !

Après avoir enfanté, la femme d’Imran dit : « Je l'ai nommée Marie, et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni » (Coran 3, 36b).

Le Coran enseigne que Marie est élue et purifiée, élevée plus que toutes les femmes (Coran 3, 42).

Un hadith dit : « Tout fils d’Adam est touché par un démon au moment même de sa naissance. La créature ainsi touchée émet un cri. Seuls Marie et son fils ont fait exception à cette règle. […] A tout descendant d’Adam, le démon enfonce dans le côté ses griffes empoisonnées, au moment même de sa naissance, à l’exception de Jésus et de Marie sa mère, que la bénédiction de Dieu soit sur eux ; un voile épais fut tendu entre eux (entre eux et Satan) qui empêche que Satan ne puisse leur faire quoi que ce soit. »[2]

 

L’Eglise enseigne que la Vierge Marie a reçu le « don d'une grâce exceptionnelle qui la met bien loin au-dessus de toutes les créatures dans le ciel et sur la terre » (Vatican II, Lumen Gentium 53)

Dans l’Evangile, à l’annonciation, Marie est saluée par l’ange Gabriel « Pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ». Alors, « donnant à la parole de Dieu son consentement, devient Mère de Jésus et, épousant à plein cœur, sans que nul péché ne la retienne, la volonté divine de salut,  (Vatican II, Lumen Gentium 56).

La doctrine du péché originel et le dogme de l’Immaculée conception sont expliqués dans mon livre : Françoise Breynaert, Christologie du II° au XXI° siècle, Parole et Silence 2016.

 


[1] A.SCHIMMEL, "El Islam", in C.J Bleeker e G.Widengren, Historia Religionum, Vol 2, pp. 129-211, Ed. Cristiandad, Barcelona 1973.

[2] Cf. Riloba F. Jesús, hijo de María, en el Corán y el Evangelio. Barcelona 2000, pp. 31- 33.