1. Les parents de Marie

La première fois que les Ecritures nous présentent Marie, c’est à l’Annonciation. Elle est alors fiancée. L’évangile (Lc 1) nous donne simplement deux indications éclairant sa généalogie : elle a une parente, Elisabeth, épouse de Zacharie, qui est grand prêtre, donc de la tribu d’Aaron. De plus, elle se fiance à Joseph, un homme de la maison de David. En conséquence, nous savons que Marie a une double ascendance : elle descend des tribus de David et d’Aaron.

C’est un texte du 2ème siècle, le Protévangile de Jacques, qui rapporte que les parents de Marie s’appelaient Joachim et Anne. Ce texte raconte que ce couple qui désirait tant donner la vie était, hélas, stérile. Nous sommes en terre d’Israël environ 15 ans avant la naissance du Christ, et dans la mentalité de l’époque la stérilité était signe de malédiction. Accablé par cette tristesse, Joachim partit au désert 40 jours et 40 nuits, priant et suppliant pour qu’une descendance lui soit accordée comme à Abraham. De son côté, Anne faisait monter vers Dieu sa prière dans les larmes pour recevoir sa bénédiction. Alors Dieu répondit à leur acte de foi pour leur joie et celle du monde entier.

Le Coran a connu ces traditions chrétiennes :

 

Le Protévangile de Jacques dit :

« Et voici qu’un ange du Seigneur apparut et lui dit : ‘Anne, Anne, le Seigneur a écouté ta prière : ‘tu concevras et tu enfanteras, et on parlera de ta progéniture sur toute la terre.’ »[1]

« Et alors deux messagers vinrent à elle et lui dirent : ‘Voici que Joachim ton époux arrive avec ses troupeaux ; car un ange du Seigneur est descendu vers lui, disant : ‘Joachim, Joachim, le Seigneur Dieu a écouté ta prière, descend d’ici, car voici que ta femme Anne concevra dans ses entrailles.’ [cf. Lc 1,31]»[2]

« ‘Ne crains pas, Anne, parce qu’un rejeton issu de toi est dans le dessein de Dieu ; et l’enfant qui naîtra de toi sera un objet d’admiration à tous les siècles jusqu’à la fin.’ »[3]

 

Le Coran écrit :

« 33. Certes, Allah a élu Adam, Noé, la famille d'Abraham et la famille d'Imran au-dessus de tout le monde. 34. En tant que descendants les uns des autres, et Allah est Audient et Omniscient. » (Coran, sourate 3, 33-34)

 

Le Protévangile de Jacques dit :

« Et Anne dit : ‘Par la vie de mon Seigneur, mon Dieu, si j’enfante, soit un fils, soit une fille, je l’amènerai comme offrande au Seigneur, mon Dieu, et il sera à son service tous les jours de sa vie’. »[4]

 

Le Coran écrit (Imran correspond à Joachim) :

« (Rappelle-toi) quand la femme d'Imran dit : ‘Seigneur, je T'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi certes l'Audient et l'Omniscient.’ » (Coran, sourate 3, 35)

 

Le protévangile de Jacques dit :

« Or les mois d’Anne s’accomplirent : le neuvième, elle enfanta. Et elle dit à la sage-femme : ‘qu’ai-je enfanté ?’ Celle-ci dit : ‘une fille’. Et Anne reprit : ‘Mon âme a été glorifiée en ce jour’ : et elle coucha l’enfant. Les jours étant accomplis, Anne se leva, elle donna le sein à l’enfant, et elle l’appela Marie. »[5]

 

Le Coran écrit :

« Puis, lorsqu'elle en eut accouché, elle dit : "Seigneur, voilà que j'ai accouché d'une fille"; or Allah savait mieux ce dont elle avait accouché! Le garçon n'est pas comme la fille. "Je l'ai nommée Marie, et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni". » (Coran, Sourate 3, 36)

 

Le protévangile de Jacques dit :

 « Et Joachim présenta l’enfant aux prêtres, et ceux-ci la bénirent, disant : ‘Dieu de nos pères, bénis cette enfant et donne-lui un nom qui soit répété jusqu’à la fin des siècles à travers toutes les générations.’ Et tout le peuple dit : ‘Ainsi soit-il, Ainsi soit-il, amen’. Et Joachim la présenta aux princes des prêtres, et ceux-ci la bénirent, disant : ‘Dieu des hauteurs du ciel, abaisse tes regards sur cette enfant et donne-lui une bénédiction suprême, une bénédiction sans seconde.’»[6]

 

 Le Coran écrit :

 « Son Seigneur l'agréa alors du bon agrément, la fit croître en belle croissance. Et Il en confia la garde à Zacharie.

 


[1] Protévangile de Jacques IV, 1, Evangiles Apocryphes par C.Michel et P. Peeters, Paris 1924, p. 9

[2] Protévangile de Jacques IV,1, Evangiles Apocryphes par C.Michel et P. Peeters, Paris 1924, p. 11

[3] Evangile du pseudo-Matthieu II, III, Evangiles Apocryphes par C.Michel et P. Peeters, Paris 1924, p. 65

[4] Protévangile de Jacques IV,I, Evangiles Apocryphes par C.Michel et P. Peeters, Paris 1924, p. 9

[5] Protévangile de Jacques V,2, Evangiles Apocryphes par C.Michel et P. Peeters, Paris 1924, p. 13

[6] Protévangile de Jacques VI,2, Evangiles Apocryphes par C.Michel et P. Peeters, Paris 1924, p. 15