19. Jésus montera où il était

Sr Françoise parle aux musulmans 19. Jésus montera là où il était

L’Ancien Testament nous dit que Dieu montre à Moïse le modèle de la demeure, le Temple (Ex 25). De là vient l’idée d’un Temple céleste. De même, la loi hébraïque a-t-elle été reçue par le ministère des anges (Ga 3, 19). C’est la connaissance d’un certain ordre des choses, voulu par Dieu le Créateur.

Le Coran dit : « Gloire à Celui qui a transporté Son serviteur, la nuit, de la Mosquée Sacrée à la Mosquée très éloignée autour de laquelle Nous avons mis Notre bénédiction, afin de lui faire voir certains de Nos signes. Il est l’Audient, le Clairvoyant » (Coran 17, 1). L’isrâ’, le voyage nocturne, est interprété comme étant un voyage de La Mecque à Jérusalem. Cependant, le verset 17, 1 est absent des inscriptions du dôme du Rocher[1]. Le Coran dit aussi que le Prophète (~) fut affligé par les infidèles et aimerait avoir « une échelle dans le ciel pour leur apporter un signe » (Coran 6, 35). Dans la tradition, ce voyage est suivi par le Miraj (« échelle, ascension »), où Mahomet serait monté aux Cieux. Cependant, l’identification de son point de départ au Rocher sur lequel est construit le dôme apparaît seulement dans les sources au X° siècle[2]. Ce voyage aurait été fait sur une monture surnaturelle appelée Bouraq, l’an 620 de l’ère chrétienne. Durant ce voyage nocturne, le Prophète (~) a reçu le nombre des prières quotidiennes : 5 prières.

Venons-en à Jésus. « Il se mettait en route quand un homme accourut et, s’agenouillant devant lui, il l’interrogeait : "Bon maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle?" 18 Jésus lui dit: "Pourquoi m’appelles-tu bon? Nul n’est bon que Dieu seul. 19 Tu connais les commandements: Ne tue pas, ne commets pas d’adultère, ne vole pas, ne porte pas de faux témoignage, ne fais pas de tort, honore ton père et ta mère." 20 "Maître -- , lui dit-il, tout cela, je l’ai observé dès ma jeunesse." 21 Alors Jésus fixa sur lui son regard et l’aima. Et il lui dit: "Une seule chose te manque : va, ce que tu as, vends-le et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel; puis, viens, suis-moi. » (Mc 10, 17-21)

On l’entend : avec Jésus, il ne s’agit pas de changer la loi qui vient de Dieu. La force de Jésus vient du fait qu’il rend à l’homme sa relation à Dieu, une relation qui est instauratrice de vie, de créativité. C’est encore plus clair dans ce que Jésus enseigne à Nicodème :

« Le vent [ruah ‒ ܪܘܚ] souffle où il veut, /           et tu en entends le bruit ;

mais tu ne sais d’où il vient, /       ni où il va.

Il en est ainsi de tout homme /      qui est né de l’Esprit [ruah ‒ ܪܘܚ] » (Jn 3, 8).

Jésus lui dit aussi :

« Nul homme n’est monté aux Cieux, /    sinon celui qui est descendu des Cieux » (Jn 3, 13).

Les Hébreux, par respect, désignent très souvent Dieu par « les Cieux ». Moïse, auquel Nicodème se réfère, n’est pas monté aux Cieux, tandis que Jésus en descend !

Le souffle de l’Esprit (Jn 3, 3) n’est pas seulement une intériorisation de la loi de Moïse, c’est un souffle qui vient des Cieux, c’est-à-dire de Dieu.

Plus tard, à la synagogue de Capharnaüm, les gens disent : « Cette parole-ci est dure ! Qui est capable de l’entendre ? » (Jn 6, 60). Ce qui est difficile à entendre, outre le discours du Pain de Vie, c’est que Jésus descende des Cieux comme Verbe de Dieu. Alors Jésus leur dit : « Cela vous scandalise ? Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ? » (Jn 6, 61-62).

Jésus n’est pas un Messager à la manière de Mahomet. Il vient de Dieu et retourne à Dieu.

 

 

[1] Oleg Grabar, La formation de l’art islamique, Paris : Flammarion, 2000, p. 73-74

[2] J. et D. Sourdel, « Coupole du Rocher », Dictionnaire historique de l’islam, Paris : PUF, 2004, p. 224

Date de dernière mise à jour : 06/08/2019