39. Al Dajjal - Eschatologie

L’eschatologie représente un des traits fondamentaux de la religion musulmane.

L’immense majorité des textes de la littérature eschatologique musulmane est représentée par des hadîths, Il s’agit d’une collection de dires isolés, sans liens littéraires entre eux, du prophète Muhammad (ou éventuellement de ses proches compagnons).

Dans un des hadîths il y est dit que Muhammad a longuement parlé de l’Antichrist, le Messie imposteur et charlatan (Al-Masîh Ad-Dajjâl), dont l’identité demeurera obscure jusqu’au moment de son apparition (n°204[1]). Un autre hadîth précise que ce faux messie sera atteint par Jésus (qui reviendra matériellement) près de la porte de Lod (en Terre sainte) tandis que Jésus suscitera des combattants rendus invincibles (n°1806) : « D’Adam jusqu’à la résurrection des morts, il n’y a pas de question plus grande que celle du Charlatan (l’imposteur, l’Antichrist) » (n°1812) : Muhammad a placé le faux-messie au sommet de l’importance des forces du Mal à combattre.

Comme il s’agit d’un combat armé, on comprend que ces récits circulent de façon plutôt privée, non officielle : les gouvernements musulmans, conscients de la charge subversive de ces traditions, ne favorisent nullement leur exposition au grand jour. En effet, sur le fond d’une telle croyance, la moindre prédication ou campagne médiatique définissant « les forces du Mal à combattre » est capable d’entraîner les croyants dans des combats démesurés. Et toutes les manipulations sont possibles.

De nos jours, une fièvre eschatologique se répand parmi les peuples musulmans.

Pour les Chiites, le chef libérateur de la fin des temps sera le douzième Imâm, lui aussi nommé al-Mahdî, disparu en 940 mais mystérieusement présent aux croyants depuis. Le ‘Grand Satan’ américain désigne clairement un ennemi assimilé à l’Antéchrist. Pour certains, Khomeyni lui-même aurait été le Mahdî attendu. Plus proche de nous encore, le président Ahmedinejad suggère que la venue du Mahdî est toute proche.

En climat sunnite, chez les militants islamistes, la fièvre eschatologique est sans doute plus intense encore. L’ouvrage du Palestinien Safar ibn ‘Abd al-Rahmân,The Day of Wrath, relit les événements récents (la deuxième intifada) selon la grille de l’eschatologie coranique.

Le drapeau noir de l’Etat islamique se réfère aux doctrines eschatologiques : le Prophète (~) a dit : « S’il vous est donné d’apercevoir des étendards noirs venant du Khorasan, portez-vous à leur rencontre : parmi eux se trouvera le Calife d’Allâh : al-Mahdî » (Aḥmad).[2]

 La Vierge Marie, toute immaculée, humble servante du Seigneur élevée dans la gloire des Cieux, est celle qui nous prépare à l’accueillir. Saint Louis-Marie de Montfort explique : « C’est par la Très Sainte Vierge Marie que Jésus-Christ est venu au monde, et c’est aussi par elle qu’il doit régner dans le monde »[3], ainsi commence saint Louis-Marie de Montfort dans son grand Traité. Il insiste : « [la Vierge Marie] étant la voie par laquelle Jésus-Christ est venu à nous la première fois, elle le sera encore lorsqu’il viendra la seconde, quoique non pas de la même manière »[4].


[1] Collection de Cheikh Sobhi Saleh “Manhal al Waridin”. https://www.alterinfo.net/L-Antichrist-dans-l-Islam-vueChretienne_a95359.html. C’est cette référence que nous utiliserons par la suite.

[2] Mohamed BENCHILI, La venue du Mahdi selon la tradition musulmane, éditions Tawhid, 2009, p. 44

[3] Saint Louis-Marie de Montfort, Traité de la vraie dévotion 217, § 1

[4] Saint Louis-Marie de Montfort, Traité de la vraie dévotion §5, 4