30. Le Relèvement du Temple par le Ressuscité

30. Le relèvement du Temple (Sr Françoise parle aux musulmans)

Le Temple est une figure, et en tant que figure, il a une fin. « Voici que votre maison [le Temple de Jérusalem] va vous être laissée déserte. Je vous le dis, en effet, désormais vous ne me verrez plus, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » (Mt 23, 38-39).

Le Temple fut détruit et l’an 70, et il y eut une tentative de reconstruction du Temple. Déjà en l’an 634, dans une homélie, Sophrone de Jérusalem évoquaient des gens qui « se vantent de dominer le monde entier »[1]. Puis, à la fin de l’année 637, Arabes et judéonazaréens entrent à Jérusalem ; ‘Umar y vient en l’an 638 et lance la reconstruction « judéo-arabe » du Temple. Une construction cubique. Ce que l’on appelle la mosquée d’Omar étant bien postérieure.

Pourquoi les chrétiens n’ont-ils pas participé à cette aventure ?

L’explication se trouve dans l’Evangile.

Un jour, Jésus chassa les vendeurs du Temple et les Judéens lui demandèrent de prouver sa légitimité pour purifier le Temple comme il l’a fait. Et c’est alors que Jésus donne une réponse très surprenante : « Détruisez ce Temple et en trois jours je le relèverai » (Jn 2, 19).

« Détruisez ce Temple ». Au moment du procès de Jésus, de faux témoins prétendront que Jésus a dit qu’il détruirait le Temple. Mais Jean rapporte la version exacte de ce qu’a dit Jésus: « détruisez ce Temple » (Jn 2, 19). Jésus ne détruit rien, mais, comme Jérémie l’avait vu avant lui (Jr 7, 11-14), Jésus sait que c’est l’iniquité qui chasse la présence divine du Temple et par conséquent « détruit » le Temple.

Reprenons le récit de l’évangile : « Jésus répondit aux Judéens : "Détruisez ce sanctuaire et en trois jours je le relèverai." Les Juifs lui dirent alors : "Il a fallu 46 ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèveras ?" Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Aussi, quand il ressuscita d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela, et ils crurent à l’Ecriture et à la parole qu’il avait dite » (Jn 2, 19-22). Jésus a été prophétisé par les Ecritures. En voyant Jésus, il est donné à la fois, de manière simultanée, de croire en la parole de Jésus et de croire aux Ecritures, c’est ce qui se passe à la Résurrection au sujet de la prophétie du relèvement du Temple (Jn 2, 22).

« En trois jours je le relèverai ». Ces mots concernent « le Temple de son corps », la Résurrection de Jésus et l’Eglise.

Jésus, en tant que Verbe de Dieu, a montré la nature humaine, il l’a restauré, il a montré à ses disciples comment vivre en se nourrissant de la présence invisible de Dieu.

Le Temple représentait la nature humaine d’une manière rituelle, avec le parvis des femmes et le parvis des hommes le sanctuaire des prêtres et le Saint des Saints réservé au Grand-Prêtre. Cette architecture représente la nature humaine qui comporte un mystère, une ouverte à la Révélation divine. La différence sexuée n’étant qu’un signe de la différence entre le visible et l’invisible. L’homme et la femme ne sont pas seulement « le mâle et la femelle » (75, 39) : la différence sexuée est le signe de la différence entre le visible et l’invisible représentée dans l’architecture du Temple de Moïse.

 

 

 

 

[1] SOPHRONE DE JERUSALEM (550-639), Sermon sur la Théophanie (ou sur le saint Baptême) 13-167,2