10. L’Annonciation / sourate 19

Voici le texte de l’évangile, qui correspond à la mémoire de la Vierge Marie elle-même :

 « 26 Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, 27 à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David; et le nom de la vierge était Marie. 28 Il entra et lui dit : "Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi." 29 A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation.

30 Et l’ange lui dit : "Sois sans crainte, Marie; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. 31 Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. 32 Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; 33 il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n’aura pas de fin."

34 Mais Marie dit à l’ange : "Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ?"

35 L’ange lui répondit : "L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. 36 Et voici qu’Elisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile ; 37 car rien n’est impossible à Dieu."

38 Marie dit alors : "Je suis la servante du Seigneur; qu’il m’advienne selon ta parole !" Et l’ange la quitta. » (Luc 1, 26-38)

 

Le Coran, sourate de Marie : « 16. Et, dans l’Ecriture, mentionne Marie quand elle se retira de sa famille en un lieu oriental. 17. Et qu’elle disposa un voile en deça d’eux. Nous lui envoyâmes notre Esprit et il s’offrit à elle sous la forme d’un mortel accompli (il s’agit de Gabriel). 18. « Je me réfugie dans le Bienfaiteur, contre toi », dit Marie. Puisses-tu être pieux ! » 19. « Je ne suis, répondit-il, que l’émissaire de ton Seigneur, pour que je te donne un garçon pur ». 20. « Comment aurais-je un garçon ? Demanda-t-elle. Alors que nul mortel ne m’a touchée et que je ne suis point femme ? ». 21. « Ainsi sera-t-il, dit l’ange. Ton Seigneur a dit : "Cela est pour moi facile e nous ferons de lui un Signe pour les gens et une grâce [raḥma] venue de nous. C’est affaire décrétée. 22. Elle devint enceinte de l’enfant et se retira avec lui dans un lieu éloigné » (Coran 19, 16-22).

 

Le Coran parle d’un mortel accompli, un homme parfait, l’évangile parle d’un ange.

L’enfant conçu est simplement un "garçon pur". Dans l’Evangile, comprenons bien, ce n’est pas un homme qui se fait Dieu, ce qui serait un blasphème, c’est Dieu qui descend, et qui se fait homme.

Dans l’Evangile, Marie est une personne qui se tait, puis questionne, puis répond librement. Dieu respecte son intelligence et la liberté de son cœur. Dans le Coran, aucun consentement n’est attendu de la part de Marie, c’est une affaire décrétée, un décret irrévocable. Le Coran ne transmet pas de réponse de Marie, dans le Coran, il n’y pas de récit d’Alliance.

L’absence de consentement est une grave différence avec le récit de l’Evangile car elle contient l’idée d’un déterminisme, qui conduit ensuite à une partition de l’humanité entre ceux qui seraient prédestinés au ciel et ceux qui prédestinés à l’enfer, ni entre ceux, les bons, qui auraient mission de tuer les autres, mauvais.

Date de dernière mise à jour : 11/07/2019