50. Les saints du Ciel chrétiens. Les « Abdâl » musulmans.

Saint Paul dit : « Qu’il fortifie vos cœurs pour que vous soyez dans une sainteté irréprochable devant Dieu notre Père, lors de la venue de notre Seigneur avec ses saints » (1Th 3, 13). Lors de la Parousie, les saints (et les anges) se manifesteront, selon les affinités qu’ils peuvent avoir avec telles ou telles personnes de la terre, communiquant des grâces et des bénédictions et se réjouissant de la sainteté qui se réalisera sur la terre. C’est ce que veut dire l’Apocalypse en parlant de l’armée du Ciel accompagnant le « Verbe de Dieu » dans sa Parousie : Jésus est alors « Roi des rois » - « les armées du ciel le suivaient sur des chevaux blancs, vêtues de lin d’une blancheur parfaite » (Ap 19, 14).

L’Apocalypse parle aussi de la première résurrection, c’est celle des martyrs ou de ceux qui refusèrent simplement « le signe de la Bête » et dont il est écrit qu’ils « régnèrent avec le Christ mille années » (Ap 20, 4). Ces martyrs ou ces hommes justes sont les saints du Ciel dont saint Paul nous dit qu’ils vont apparaître avec le Christ. Ils aideront ceux qui sont encore sur la terre. Il ne s’agit pas d’une réincarnation. Il n’y aura pas de surpopulation. Il s’agit d’une apparition avec le Christ en sa venue glorieuse.

Peut-être est-ce là l’origine lointaine de la doctrine musulmane concernant les Abdâl, qui est une doctrine très différente.

Selon un hadith, Le Prophète (~) a dit : « Les Abdâl de cette communauté sont trente hommes, leurs cœurs sont en communion avec celui d’Ibrahîm [Abraham], l’ami du Miséricordieux. Chaque fois que l’un d’eux décède, Allâh le remplace par un autre » (Aḥmad)[1]. Si l’existence des Abdâl s’avère être une réalité, il est probable qu’ils seront les compagnons d’armes du Mahdî[2].

La différence est grande.

Le Nouveau Testament parle d’apparition de nombreux saints, auprès du Christ glorieux, leur mission s’étend au monde entier, comme la manifestation du Christ en gloire.

La tradition de l’islam parle de réincarnation de quelques-uns pour un combat militaire, local.

 


[1] Mohamed BENCHILI, La venue du Mahdi selon la tradition musulmane, éditions Tawhid, 2009, 45

[2] Mohamed BENCHILI, Ibid., p. 47

Date de dernière mise à jour : 20/11/2019