49. Christ ou Antichrist (Dajjâl)

Dieu laissera se manifester l’Antichrist pour que tout homme puisse prendre position et que la terre puisse être jugée. Saint Jean définit l’Antichrist : « Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus soit le Christ ? Le voilà l’Antichrist ! Il nie le Père et le Fils » (1Jn 2, 22). Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est de toute éternité un seul et même Être avec Dieu, son Père, « consubstantiel au Père » (CEC 663).

Si le Christ n’est pas Dieu, il ne sauve pas. Si le Christ n’est pas Dieu, il n’est pas adoré, sa loi est toute relative, il n’existe pas de grâce divine.

Ceux qui nient la divinité du Christ ouvrent la porte aux messianismes politiques (en disant : « c’est moi qui sauve le monde »), et aux gnoses (en disant : « je me sauve moi-même »). Ceux qui nient la divinité du Christ (‘Issa) n’attendent de son retour que la puissance politique d’un surhomme imaginaire, dont l’œuvre ne peut que s’évanouir dans la poussière d’un palais.

Tous les exégètes musulmans sont unanimes pour dire que ‘Isâ redescendra dans la région de Sham, définie comme allant de l’Egypte à l’Euphrate, Jérusalem incluse. Certains, en s’appuyant sur un hadith rapporté par al-Bukhârî, pensent qu’il descendra à Jérusalem, dans la mosquée d’Al-Aqsa (Al-Quds), cette ville étant à ce moment la capitale du Calife. D’autres, en se basant sur un hadith rapporté par al-Hakim, pensent qu’il descendra sur un mont appelé Afîq en Jordanie[1].

Le problème n’est pas tant de choisir entre ces différentes localités. Le problème est de savoir discerner si c’est bien du Messie-Jésus dont il s’agit.

Supposons qu’un jour s’établisse sur le monde un pouvoir maffieux unique. Celui qui en serait la tête n’aurait plus de concurrent et ne manquerait pas de se montrer, se faisant adorer par tous les hommes – c’est même ce qu’on a déjà vu, à une échelle plus petite, de la part de nombreux pouvoirs totalitaires qui revendiquent une essence différente des mortels, donc quasiment divine. La redescente supposée de ‘Îsâ se confondra avec la manifestation de ce chef maffieux unique, appelé Antichrist par ceux qui ne l’aiment pas (les autres feront sa louange).

Ce chef maffieux aura réalisé la séparation de l’humanité en deux « camps » car chacun devra se positionner pour ou contre lui. Cette séparation sera due à lui et permettra au Jour du Jugement d’arriver, ce qui aide à concevoir pourquoi un Dieu qui ne veut pas le mal le laisserait se manifester au monde entier.

En toute logique, on peut comprendre que ceux qui rêvent de diviser le monde en deux préparent et font le travail de l’Antichrist précisément.

Or l’islam divise le monde en deux : Dar al-Islam ou « domaine de la soumission à Dieu » et Dar al-Harb, le « domaine de la guerre ».

 


[1] Mohamed BENCHILI, La venue du Mahdi selon la tradition musulmane, éditions Tawhid, 2009, p. 50


 

Date de dernière mise à jour : 20/11/2019