45. Les combats de la Fin

Assurément, le règne de Dieu sur la terre implique un jugement des ennemis de Dieu. Mais qui peut les juger sinon Dieu lui-même ? Peut-on utiliser dans la lutte contre ces ennemis de Dieu les moyens qu’utilise l’Antichrist (la guerre, la dissimulation, etc.) ?

Or, que disent les hadiths de la tradition musulmane ?

Le Prophète (~) a dit : « S’il vous est donné d’apercevoir des étendards noirs venant du Khorasan, portez-vous à leur rencontre : parmi eux se trouvera le Calife d’Allâh : al-Mahdî » (Aḥmad).[1]

Le Prophète (~) a dit : « L’heure n’aura pas lieu sans que les Romains aient stationné leurs troupes à al-A’mâq ou ad-Dâbiq. /…/ Les musulmans fondront alors sur les Romains ; un tiers des musulmans s’enfuira, et Allâh ne leur accordera jamais Son pardon. Un tiers perdra la vie et ils seront pour Allah les meilleurs des martyrs. Un tiers vaincra, Allâh les préservera et plus jamais ils ne seront l’objet d’aucune tentation et, par eux, Constantinople tombera. Pendant qu’ils partageront le butin et après avoir suspendu leurs armes, un dévot du Diable s’exclamera : ‘L’Antichrist vous a supplantés dans vos familles !’ Mais ce sera faux. Ils quitteront le champ de bataille pour rejoindre Damas. Parvenus à destination, [l’Antéchrist] apparaîtra réellement. Pendant que les musulmans se prépareront à le combattre, on appellera à la prière. Ce faisant, ‘Îsâ viendra [litt. descendra] puis dirigera la prière. Quand l’ennemi d’ Allâh le verra, il se mettra à fondre comme le sel fond dans l’eau; n’eût été [le décret] d’ Allâh, il se serait décomposé jusqu’ à en mourir, mais Allâh le fera périr par la main [de ‘Îsâ] et il leur montrera son sang sur sa lance’". » (Muslim)[2]

Ces croyances reposent toutes sur le refus de la royauté du Christ, une royauté qui est bien pour le monde, mais qui n’est pas selon les moyens de ce monde (Jn 18, 36), par l’usage de la contrainte militaire et autres formes de pressions. Si Dieu est amour et ne veut que le bonheur le plus absolu de toute sa très sainte création, comment un royaume divin pourrait-il advenir par de tels moyens ?

 

En 1992, le catéchisme de l’Eglise catholique se préoccupe de l’erreur (« millénariste ») qu’il faut éviter, à savoir toutes les illusions idéologiques d’un règne de Dieu sur la terre avant la grâce très spéciale de la venue glorieuse du Christ[3]. Le magistère veut notamment dénoncer les faux messianismes, qui sont tous fondés sur la négation de la divinité du Christ. Leurs partisans n’attendent rien d’un retour glorieux du Christ qu’ils n’adorent pas ! Ils veulent alors imposer par la violence ce qui, à leurs yeux, serait l’équivalent du règne de Dieu, l’islam, mais aussi le communisme, et beaucoup d’autres idéologies, y compris libérales.

 

[1] Mohamed BENCHILI, La venue du Mahdi selon la tradition musulmane, éditions Tawhid, 2009, p. 44

[2] Mohamed BENCHILI, ibid., p. 68-69

[3] Catéchisme de l’Eglise catholique § 675-676